Economie

Zone euro: Les prix de l’énergie stimulent l’inflation

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4932 Le | Partager
1,1% en décembre 2016 contre 0,6% en novembre
Elle a augmenté plus vite que prévu en Allemagne
La BCE encouragée dans ses démarches
zoen_euro_032.jpg

En décembre 2016, l’inflation s’est établie à 1,1% en zone euro. Ce regain s’explique d’abord par la hausse des prix de l’énergie

L’inflation  continue de s’accélérer. Son taux annuel est estimé à 1,1% en décembre 2016, contre 0,6% en novembre, selon une estimation d’Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne publiée le 4 janvier. S’agissant des principales composantes de l’inflation, l’énergie devrait connaître le taux le plus élevé en décembre (2,5%, comparé à -1,1% en novembre), suivis des services (1,2%, comparé à 1,1% en novembre), de l’alimentation, alcool & tabac (1,2%, comparé à 0,7% en novembre) et des biens industriels non énergétiques (0,3%, stable comparé à novembre).

L’inflation a entamé une remontée ces derniers mois dans la zone euro sous l’effet du redressement progressif des prix de l’énergie. En décembre, ils ont crû de 2,5%, alors qu’ils avaient enregistré une baisse les mois précédents (-1,1% en novembre, -0,9% en octobre, -3% en septembre, -5,6% en août). Lors de ses prévisions d’automne parues le 9 novembre, la Commission européenne avait prédit une accélération de l’inflation pour l’ensemble de la zone euro en 2017 à 1,4% contre 0,3% en 2016.

C’est une bonne nouvelle pour la Banque centrale européenne (BCE) qui tente depuis deux ans de doper les prix dans la zone euro. Son objectif est de fixer une inflation de presque 2%, niveau jugé bénéfique pour l’activité économique. Les chiffres de décembre ne devraient pas pousser la BCE à changer d’attitude. Elle devrait en principe poursuivre «sa politique de soutien à l’économie et aussi aux prix». Il faut attendre le prochain Conseil des gouverneurs de la BCE – qui aura lieu le 19 janvier – pour en savoir plus.

En décembre, la gardienne de l’euro a en effet décidé de prolonger jusqu’à fin 2017 ses rachats massifs de créances privées et publiques. L’une de ses mesures phares pour stimuler une économie poussive. C’est en Allemagne où l’inflation a connu une franche accélération en fin d’année 2016, à 1,7% sur un an en décembre, un plus haut niveau depuis plus de trois ans. Une hausse qui s’explique aussi par la remontée des prix de l’énergie, selon un chiffre provisoire publié par l’Office fédéral des statistiques Destatis. Sur l’ensemble de 2016, l’inflation s’est établie à 0,5% en moyenne annuelle.

En France, les prix à la consommation ont augmenté de 0,6% sur un an en décembre, et de 0,8% selon l’indice IPHC. D’après l’Insee, l’inflation devrait augmenter au premier semestre, mais à un rythme modéré, de 1% en rythme annuel en juin 2017. Pour l’ensemble de l’année, le gouvernement a prévu une hausse de 0,8%, quand la Banque de France table sur une progression de 1,2%, avant 1,4% en 2018. Toujours selon l’Insee, le redémarrage de l’inflation ces derniers mois s’explique «en grande partie par la hausse des cours du pétrole». Ils sont actuellement proches de 55 dollars le baril, après être tombés sous la barre des 30 dollars en début d’année.
De son côté, l’Italie a vu ses prix à la consommation reculer de 0,1% en 2016. Une déflation jamais vue depuis 1959 et qui montre, selon les associations de consommateurs, que l’économie du pays ne va pas bien.

Pas besoin d’invoquer la politique monétaire

L’inflation des pays de l’OCDE va augmenter en tendance, prévoient les experts de Natixis (1). Ceci s’explique par «la fin de la dérèglementation des marchés du travail, la hausse des coûts de production dans les pays émergents et la faiblesse des gains de productivité. Sans oublier la hausse des prix des matières premières». Il faut tirer les conséquences de cette évolution «en ce qui concerne les politiques monétaires, les taux d’intérêt…», selon les experts. Ces derniers n’évoquent pas un argument qui paraît évident: «la hausse de l’offre de monnaie». En effet, dans les «économies contemporaines, il ne semble pas que la création monétaire conduise à l’inflation, mais à la hausse des prix des actifs».

-------------------------------------------------------

(1) Pourquoi l’inflation va-t-elle structurellement remonter dans les pays de l’OCDE?

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc