Habillage_leco
Politique

Gouvernement: Les privilèges des ministres

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:4932 Le 05/01/2017 | Partager
Ils perçoivent une pension de retraite sans avoir cotisé!
Elle est accordée dès la cessation de fonction
48.000 DH pour le chef du gouvernement
benkiran_charafat_afilal_032.jpg

Le buzz autour des pensions de retraite des ministres et parlementaires a été déclenché par les propos provoquants tenus par Charafat Afilal lors d’une émission télévisée (Ph. Bziouat)

Charafat Afilal a été marquée à vie par le buzz provoqué après son expression «jouj franc» (2 sous) au sujet des retraites des ministres et des parlementaires. Pourtant, les pensions servies aux membres du gouvernement sont conséquentes, eu égard aux montants accordés dans le secteur privé.  Ainsi, le chef du gouvernement perçoit une pension de 48.000 DH par mois, les ministres 39.000 DH et les secrétaires d’Etat 30.000 DH. Elle est calculée sur la base de 1 fois et demie leur rémunération mensuelle forfaitaire.

Après le décès du ministre, la moitié du montant est servie aux ayants droit. Sa gestion est confiée à la Caisse marocaine des retraites, mais c’est une commission rattachée au ministère des Finances qui contrôle les déclarations de revenus des anciens ministres. Cette pension n’est accordée qu’aux anciens ministres dont le revenu mensuel est inférieur à 39.000 DH. Si par exemple, un ancien ministre retrouve son poste d’origine où il avait un salaire de 22.000 DH, l’Etat se chargera de lui verser la différence. Le but est que son revenu mensuel ne soit pas inférieur au seuil de 39.000 DH. Pour bénéficier de cette pension, les anciens ministres doivent remettre chaque année aux services du chef du gouvernement une déclaration sur l’honneur dans laquelle ils déclinent leurs revenus. Ce qui rebute plusieurs d’entre eux.

Au Maroc, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. Si la majorité des fonctionnaires commence à percevoir sa pension à l’âge légal de départ à la retraite, fixé depuis l’année dernière à 63 ans, ce n’est pas le cas des ministres. Ces derniers ont droit à cette pension dès la cessation de leur fonction quel que soit leur âge. Autre privilège de nos ministres: ils reçoivent la retraite sans avoir cotisé un seul centime. Or, cette formule a été instaurée par feu Hassan II. Il avait voulu garantir un revenu correct à ces commis de l’Etat, après avoir eu vent des difficultés financières d’un de ses anciens ministres. Aujourd’hui, de plus en plus de voix s’élèvent pour critiquer cette pratique. Le chef du gouvernement, qui avait affiché sa volonté de toucher à ce dossier, s’est ravisé. Des députés, des responsables politiques mais aussi une partie de l’opinion publique  ont surfé sur la vague en proposant la réforme ou l’abandon du système de retraite des ministres.

Les parlementaires se servent aussi

Contrairement aux ministres, les parlementaires cotisent à leur retraite à hauteur de 2.400 DH par mois. Ce qui leur donne le droit de bénéficier d’une pension calculée sur la base de 1.000 DH pour chaque année passée au Parlement. Ainsi, un député ayant passé une législature recevra une pension mensuelle de 5.000 DH. S’il a fait deux législatures, 9.000 DH. Comme les ministres, les parlementaires touchent leurs pensions dès qu’ils ont perdu leur mandat.
De son côté, l’Etat déboursera en 2016 une enveloppe au titre de sa participation à la retraite des parlementaires à hauteur de 13,77 millions de DH.  Cependant, le système de retraite des parlementaires est déficitaire à cause du rythme de rotation jugé très élevé.

Pensions

Chef du gouvernement: 48.000 DH
■ Ministre: 39.000 DH
■ Secrétaire d’Etat: 29.000 DH.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc