International

Conseil de l'UE: Les priorités de la présidence maltaise

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4931 Le 04/01/2017 | Partager
Crise des migrants, voisinage européen, sécurité, marché unique
Brexit, élections… un contexte politique agité
malte_ue_031.jpg

Malte succède à la Slovaquie pour la présidence tournante du Conseil de l'Union européenne.  Le pays hérite de plusieurs dossiers chauds notamment la crise migratoire (Ph. HH)

Depuis le 1er janvier, Malte exerce la présidence tournante du Conseil de l'Union européenne. La présidence intervient à un moment où de nombreuses élections vont avoir lieu en Europe, en plus des négociations du Brexit et de l’anniversaire des 60 ans du traité de Rome. De la crise des réfugiés aux tensions en matière de politique étrangère, le petit Etat insulaire  d'un demi-million d'habitants devra faire face à de nombreux défis au cours des six prochains mois. A noter qu’une réunion informelle se tiendra à Malte les 23 et 24 janvier.

■ Migration:
Il est question de renforcer et rationaliser le système européen commun d’asile, en vue de distribuer la charge migratoire entre les Etats membres d'une manière plus équitable. Les tentatives de révision du règlement de Dublin seront d'une importance clé. Transformer le bureau européen d’appui à l’asile en une Agence européenne à part entière, est un élément essentiel de la réforme du système européen commun d'asile. Malte veut adopter une approche globale à la migration tant dans son aspect interne et externe. Dans cet esprit, les dirigeants vont poursuivre ce qui a été convenu au Sommet de la Valette sur la migration. La présidence poursuivra ses travaux avec le Parlement européen pour parvenir à un accord sur le plan d'investissement extérieur. Un instrument financier qui sera axé sur le développement socio-économique des pays d’origine.

■ Marché unique:

presidence_ue_031.jpg

En parvenant à tirer pleinement parti du marché unique et en développant le marché unique numérique, des avantages concrets seront apportés aux économies, aux entreprises et aux familles. Les entraves aux échanges seront supprimées et l’accès aux services pour les consommateurs sera amélioré. Pour cela, les propositions législatives sont dans la bonne direction. Le marché des capitaux de l'Union européenne aura aussi l'attention qu'il mérite. Le prolongement en temps et ressources financières du Fonds européen d’investissement et du mandat de prêt externe de la BEI s’ajoutent à la liste des priorités.
■ Sécurité:
La vigilance reste de mise afin de sécuriser les citoyens. La présidence maltaise contribuera à des propositions concrètes qui s’attaquent aux problèmes régionaux et mondiaux. Le premier axe de travail dans ce domaine reste une «diplomatie efficace». Il faut agir également dans le cadre de la stratégie globale de l’Union européenne afin de gérer les défis complexes de la migration, du terrorisme et des menaces hybrides. Il est proposé aussi d’améliorer la gouvernance d’Eurojust. Cette unité de coopération judiciaire a été créée afin de lutter contre toutes les formes de criminalité organisée (trafic de drogue, blanchiment d'argent, trafic d'êtres humains, contrefaçons, criminalité informatique...).

■ Inclusion sociale:
La politique sociale est un domaine auquel le gouvernement maltais tient beaucoup. Les travaux dans ce domaine seront guidés par une concertation avec les partenaires sociaux, la société civile et les citoyens afin de promouvoir l’égalité des sexes et les droits des minorités et des groupes vulnérables.
n Le voisinage européen:
Une attention particulière sera accordée aux pays du voisinage méridional de l’UE. La présidence maltaise soutiendra les efforts européens et internationaux en faveur de la reprise du processus de paix au Proche-Orient. L’idée aussi est de faire en sorte que la transition démocratique en Tunisie reste sur la bonne voie. Sans oublier la situation en Syrie. L’approfondissement des relations entre l’Union européenne et la Ligue des Etats arabes sera mis en avant. La présidence s’efforcera également de revitaliser les relations avec le Conseil de coopération du Golfe. La coopération avec les pays du voisinage oriental restera importante, notamment en vue de soutenir l’Ukraine et de veiller à la coopération avec la Russie sur des questions d’intérêt mondial ou régional.

 

L'Economiste vous conseille

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc