Economie

Croissance automobile espagnole: Les équipementiers premiers bénéficiaires

Par Ali ABJIOU | Edition N°:4930 Le 03/01/2017 | Partager
Le secteur entre en progression, les opérateurs marocains rassurés
2,9 millions de véhicules en 2016, 4e année consécutive de croissance
La barre des 3 millions de véhicules avancée pour 2017
croissance_automobile_030.jpg

L’usine de Renault à Palencia a enregistré la plus grande progression en 2016, affichant un insolent 57% de croissance. C’est le Kadjar dont le lancement a été présidé par le chef du gouvernement espagnol en personne qui en est le déclencheur (Ph. Renault)

Le secteur automobile espagnol continue sur sa lancée. Il vient de boucler en 2016 sa 4e année consécutive de hausse avec une production qui a frôlé les 2,9 millions d’unités, soit une nette croissance de 5%. Une tendance dont les signes ont commencé à se remarquer dès les premiers mois de l’année avec une croissance de 7% lors du premier trimestre et ce selon des chiffres de l’Association des fabricants automobiles  espagnols, Anfac. Mais les opérateurs espagnols ne sont pas pour autant satisfaits. Alors qu’ils espéraient dépasser la barre des 3 millions d’unités en cette fin d’année, le Brexit a refroidi leurs ardeurs imposant une légère pause aux chaînes de montage espagnoles et marquant d’une chute de 0,5% la production au mois d’octobre.
Depuis les choses se sont calmées et les 13 unités de montage espagnoles ont reporté à 2017 leur objectif de dépasser la barre des 3,03 millions de véhicules fabriqués en 2000, fin des années fastes de l’automobile ibérique.
Les plus fortes croissances ont été enregistrées par l’usine de Renault à Palencia. Cette unité a connu une augmentation nette de sa production de 57% grâce au succès de son dernier modèle, le Kadjar. Elle est suivie par l’usine du groupe Mercedes-Benz de Vitoria avec 36% grâce à son modèle de fourgon pour passagers. D’autres modèles devront eux aussi venir conforter cette montée en puissance dont les premiers effets seront visibles en 2018.
Elle devra concerner même d’autres usines comme celle de Seat et de Volkswagen qui ont connu de légères baisses en 2016, mais elles seront vite comblées par l’arrivée de nouveaux modèles, selon la presse ibérique.
Ce qui ne manque pas de conforter le secteur automobile marocain qui y voit de sérieuses opportunités de travail. En effet, bon nombre de ces derniers fournissent des usines espagnoles de montage. C’est le cas de Snop, équipementier installé à Tanger qui a signé en 2016 une commande de plusieurs millions d’euros avec l’usine de Vigo pour lui fournir des composants fabriqués à la Tanger Free Zone. C’est le cas aussi de plusieurs autres équipementiers qui en plus d’assurer des commandes pour les deux unités de fabrication marocaines, la Somaca et l’usine de Renault à Tanger, fournissent plusieurs usines automobiles en Espagne. C’est le cas de la plupart des unités de câblage, mais aussi de celles assurant la fabrication des éléments d’intérieur ou même de petites pièces de carrosserie.
La proximité géographique et la baisse des coûts logistiques rend l’option Maroc et surtout Tanger extrêmement alléchante.

Les échanges Maroc/Espagne au plus haut niveau

A noter que les échanges vont aussi dans l’autre sens avec une masse importante de commandes réalisées par l’usine de Renault à Tanger et par la Somaca chez les équipementiers ibériques. Les exportations vers le voisin ibérique atteignent plus de 820 millions d’euros par an. Dans l’autre sens, les exportations espagnoles vers le Maroc ont frôlé la barre des 860 millions d’euros, soit une croissance de près de 300% par rapport aux niveaux de 2011. Le Maroc exporte vers l’Espagne près de 220 millions d’euros en termes d’automobiles montées, soit plus de 2,4 milliards de dirhams, essentiellement des Sandero produites à Tanger. En termes de pièces, le pays réussit à faire mieux en exportant près de 600 millions d’euros en pièces diverses. Mais ce n’est qu’un début, les initiatives de ‘sourcing’ de Ford et de PSA devront au moins doubler ces chiffres et dépasser le milliard d’euros à terme.

L’automobile en Espagne, c’est…

■ Le deuxième producteur en Europe, devant l’Allemagne, le huitième au monde devant le Brésil
■  2,9 millions en 2016 et le cap des 3 millions est prévu pour 2017, dix fois plus que le Maroc
■  Une moyenne de 2 millions de véhicules exportés par an

 

 

L'Economiste vous conseille

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc