Régions

Agadir cherche à intégrer ses migrants

Par Fatiha NAKHLI | Edition N°:4926 Le 28/12/2016 | Partager
Facilitation de la procédure de régularisation, une nécessité
Encadrement pour la création de projets générateurs de revenus
agadir_mogrants_026.jpg

Pour que les migrants subsahariens puissent accéder à une vie digne et à une intégration dans la société marocaine, il est urgent de procéder à la simplification des procédures de régularisation administrative et légale de ces immigrés (Ph. CSDC - Les visages ont été modifiés)

A l’instar des autres villes du pays, Agadir a son lot de migrants. Pour la plupart, ils sont issus des pays d’Afrique subsaharienne. Etant en situation irrégulière, ces exilés ne peuvent aspirer à trouver des emplois, et se retrouvent donc à faire la manche pour subsister. C’est dans ce contexte qu’un forum international de l’immigration et de la jeunesse a été récemment organisé à Agadir par le Centre social de développement et de la coopération (CSDC). Et ce, en partenariat avec le ministère des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration.
«Pour une meilleure intégration socioéconomique et culturelle des immigrés et exilés au Maroc» est le thème retenu pour cette première édition du forum qui a connu une forte présence dont une cinquantaine d’immigrés issus de différents pays d’Afrique subsaharienne. C’est ainsi que, durant quatre jours, conférences, ateliers et débats ont porté sur les enjeux de la migration, de la situation des migrants et des demandeurs d’asile. Mais également sur les perspectives sociales, économiques et culturelles que leur permettra la politique d’intégration mise en place par le Maroc. Parmi les recommandations retenues afin d’améliorer la vie des subsahariens pour qu’ils puissent accéder à une vie digne et à une intégration dans la société marocaine, la nécessité de simplifier les procédures de régularisation administrative et légale. Il est de même question d’œuvrer pour le respect de la parité, de lutter contre la discrimination et l’exploitation de ces classes vulnérables. Par rapport au volet socioprofessionnel, la mise en place de programmes d’encadrement pour la création de PME. «L’optique est de renforcer les capacités des immigrés dans le domaine de création d’entreprises et d’accompagner les porteurs de projets en leur prodiguant assistance, formation et conseil», explique Fadwa L’Hadi, directrice du Forum international de l’immigration et de la jeunesse. Dans ce sens, le CSDC est en train de travailler sur la possibilité de mise en place de partenariats avec, entre autres, l’Anapec, l’OFPPT… Bien sûr, le suivi des projets dès la conception à la réalisation est nécessaire afin de garantir la viabilité des entreprises créées et leur intégration dans le marché de l’emploi.
Pour rappel, la première édition du Forum international de l’immigration et de la jeunesse a été organisée à l’occasion de la journée mondiale de l’immigration qui coïncide cette année avec le lancement de la deuxième phase de l’opération de régularisation de la situation des immigrés en situation irrégulière au Maroc.

De notre correspondante,
Fatiha NAKHLI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc