Economie

Réforme de l’administration: Une thérapie de choc aux Finances

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:4926 Le 28/12/2016 | Partager
Boussaïd interpelle ses équipes sur le service au citoyen
Parmi les chantiers, la gestion de l’attente, la simplification des procédures, le traitement des requêtes…

Message reçu. Après le discours royal à l’occasion de l’ouverture de la session parlementaire, le vendredi 14 octobre, qui a eu l’effet d’une douche froide, Mohamed Boussaïd, ministre des Finances, vient de diffuser une note interne à toutes les administrations relevant de son département, pour améliorer la qualité de service aux citoyens, aux partenaires locaux et aux étrangers. Plusieurs mesures devront être concrétisées pour rehausser le niveau de prestation de services sous la tutelle des Finances. Parmi les chantiers annoncés, figure la gestion de l’attente. Que le ministre se soit personnellement impliqué à ce niveau de détail, cela signifie que les responsables opérationnels ne s’en soucient guère.
Les espaces d’accueil des usagers devront être améliorés et faciliter la tâche au public. Le personnel en front office devra être formé.
L’administration appliquera le principe «premier arrivé, premier servi». L’orientation et la prise de rendez-vous sont expressément citées dans l’instruction du ministre.  Il faudra également instituer un dispositif au niveau de l’administration pour recevoir les demandes et les doléances des usagers tant au niveau central que régional. Encore faut-il que le requérant puisse être informé dans des délais acceptables de la suite réservée à sa demande.
La note demande également aux services du ministère d’accorder une attention particulière aux plaintes des citoyens, que ce soit celles émanant du médiateur ou celles déposées auprès des autres administrations sous la tutelle des Finances. Le challenge sera de définir un système de traitement de ces plaintes dans des délais raisonnables.
Le ministre appelle ses services à être proactifs en matière d’information et de communication sur toutes les questions intéressant les citoyens. Ce qui nécessitera le développement et l’amélioration des portails, dont certains ne sont jamais à jour. Malgré les efforts de certaines administrations, les usagers se plaignent souvent des lourdeurs bureaucratiques. Le ministère est attendu sur la simplification des procédures et la codification des conditions et d’un échéancier pour bénéficier d’un service ou recevoir un document. La note ministérielle recommande la généralisation autant que possible des services en ligne en attendant l’achèvement de la stratégie e-gov ainsi que la communication de proximité. L’un des griefs du médiateur envers les ministères en général concerne la non-exécution des jugements définitifs. Sur ce chapitre, Boussaïd suggère à ses services d’améliorer la situation en exécutant tous les jugements prononcés contre son département et qui n’ont pas encore été exécutés. Les crédits nécessaires devront être programmés le cas échéant. L’ensemble des responsables sont appelés à adopter un système de contrôle de gestion et de contrôle interne pour améliorer l’efficacité de l’administration et identifier les zones à risque. Des mécanismes de lutte contre la corruption devront également être mis en place en conformité avec la loi.
Le ministère des Finances compte décentraliser ses services en accordant aux représentations régionales les moyens financiers, humains et logistiques nécessaires.
Les fonctionnaires des services dépendant des Finances sont interpellés sur le respect des horaires officiels. Ce qui nécessitera la mise en place d’un système de pointage rigoureux pour que l’horaire continu ne soit plus synonyme de réduction du temps de travail.

Toute la galaxie concernée

Sont concernés par l’instruction ministérielle des finances, outre les services centraux, la Trésorerie générale du Royaume, l’Administration des douanes et des impôts indirects, l’Office des changes, la Direction général des impôts… Les premières mesures concrètes devront être prises dès le premier semestre 2017. Un rapport de suivi semestriel devra ensuite être produit pour évaluer l’état d’avancement des différents chantiers.

 

 

 

 

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc