Economie

Industrie du papier : La sauvegarde qui froisse l’UE

Par Safall FALL | Edition N°:4919 Le 19/12/2016 | Partager
La Commission européenne obtient l’introduction de quotas annuels
Le Maroc change de copie et rééchelonne les droits additionnels pour 2020
ue_papier_1_019.jpg

Sur les 11 importateurs visés par l’enquête de sauvegarde menée par le Commerce extérieur, seuls 4 opérateurs (Dicapa, Mapaf, Imprimerie Najah Al Jadida et Imprimerie Fabricant du Livre) y ont répondu. Au 1er semestre 2015, ces derniers ont représenté  46% du volume de papier importé en bobine, et 52% du papier en rame

C'est un petit coup de blanco sur la copie initiale. La Commission européenne vient d’obtenir gain de cause quant aux modalités d’application de la mesure de sauvegarde sur le papier en rame et en bobine. Cette décision avait été prise en juin dernier par les autorités marocaines du Commerce extérieur. C’est suite à un rapport d’enquête sur la hausse exceptionnelle des importations de papier, après une saisine de Med Paper. La mesure devrait s’appliquer sur une durée de 4 ans.

Les consultations entamées entre les deux parties  viennent finalement d’aboutir à une révision de l’avis d’application de cette mesure. Les modifications apportées portent notamment sur l’introduction d’un volume annuel sur lequel ne s’appliquera pas le droit additionnel ad-valorem imposé par la partie marocaine.
Ce contingent sera de l’ordre de 18.000 tonnes pour la première année pleine d’application de la sauvegarde, du 1er au 31 décembre 2017. Le quota passera ensuite à 19.000 tonnes en 2018, à 20.500 en 2019, avant de monter à 22.500 en 2020. Cette progression se fera au fur et à mesure de la libéralisation progressive des droits, telle que fixée par le département du Commerce extérieur. En contrepartie de l’introduction de ce contingent, le Royaume a en effet procédé au rééchelonnement du calendrier de démantèlement et la modification des droits additionnels. Le pourcentage retenu devrait désormais passer de 25% en 2017 (contre les 22,5% annoncés en juin dernier) à 15,5% à la fin de la période d’application de la mesure de sauvegarde (contre 15% dans la première version de la mesure).
Cette décision est, rappelons-le, évidemment destinée à protéger les intérêts de la filière industrielle locale du papier, en l’occurrence Med Paper. C’est l’unique producteur de papier en bobine et en rame du Maroc. Les résultats de l’enquête des autorités du Commerce extérieur font état d’un «accroissement massif des importations». Au grand dam des opérateurs actifs sur ce créneau. Ces derniers soutiennent «les prix non compétitifs et le défaut de qualité» comme principaux griefs à l’encontre de la production locale. Pour le papier en bobine, l’augmentation des volumes importés a été de l’ordre de 97% entre 2010 et 2011, pour atteindre un pic de 100% rien que sur le 1er semestre 2015, en glissement annuel. Ces variations sont de 71% et de 31% pour le papier en rame, sur les mêmes périodes étudiées. Cette situation aurait progressivement entrainé Med Paper dans «une dégradation notable de ses indicateurs» (niveau de production, ventes en volume et en valeur, part de marché, taux d’utilisation des capacités et emploi, pertes financières, etc.).

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc