Habillage_leco
Tribune

Gouvernement : Qui peut changer la dynamique économique?

Par Mohamed BOUATOU | Edition N°:4912 Le 06/12/2016 | Partager

Chef d’entreprise, Mohamed Bouatou est membre du Conseil national du Mouvement populaire, ancien haut fonctionnaire aux Finances et ancien DG du Fonds Sindibad (Ph. Privée)  

Le débat autour de la composition gouvernementale a relégué la politique économique au rang de variable d’ajustement alors qu’elle devrait être au cœur du débat politico-politicien.

Les analystes et commentateurs ont insisté sur le fait que la constitution de l’équipe n’est qu’une surenchère entre partis politiques. Ni plus, ni moins… Ce qui est très réducteur,  voire injuste, envers notre pays avant de l’être envers les partis politiques impliqués dans cette tourmente.
Le Maroc a besoin aujourd’hui et en urgence d’un nouveau modèle économique capable de créer suffisamment de richesse endogène pour faire face à la demande des Marocains.
Cette demande a connu une mue impressionnante en liaison avec le changement démographique (pyramide des âges, structure de la population active, participation de la femme, exode rural,…) et surtout du progrès réalisé par le Maroc depuis bientôt deux décennies (ouverture économique, électrification rurale, accès à l’eau potable, généralisation de l’accès aux NTI,…).
Un modèle de croissance basé sur l’offre est à mon sens l’unique choix qui s’impose pour sortir le pays de sa déroute.
Cependant, un tel modèle a besoin de courroies de transmission entre les politiques économiques publiques et les acteurs économiques, il a besoin de bonne gouvernance,  il a besoin de facilitateurs qui assurent une cohérence d’ensemble, il a besoin de confiance, il a besoin de capitaux,  il a besoin de dynamique,… il a besoin du secteur privé.

dette_exterieur_012.jpg

 Il faut changer de modèle économique car celui que nous avons depuis deux décennies n’est pas assez productif comme le montre le niveau et les termes de l’endettement public

La vraie question qui s’impose au prochain gouvernement est: qui peut porter un tel projet?
Les gouvernements  des deux dernières décennies ont été de fervents défenseurs des politiques de relance par la demande et chacun peut mesurer a posteriori les conséquences de ces choix qui manquaient de prospective même si ces dernières étaient prévisibles (aggravation du déficit budgétaire, aggravation du déficit commercial et surtout la hausse alarmante de la masse salariale publique en valeur et en pourcentage du PIB).
Il en a résulté que la richesse créée suffit à peine à payer les salaires des fonctionnaires, les  intérêts de la dette et les biens et services achetés à l’étranger et ne laisse aucune marge pour répondre à la nouvelle demande des citoyens et encore moins à celle des entreprises.
La position des partis libéraux marocains est en phase avec les impératifs imposés par la conjoncture économique mais aussi des conséquences des choix antérieurs. Le vrai débat  gouvernemental doit être celui-là: faut-il rompre avec le modèle économique des deux dernières décennies? Et qui peut le faire: les libéraux ou les centristes?

Pourquoi il faut changer

L’évolution a fait naître de nouveaux besoins  au niveau de l’accès à l’emploi qualifié, aux services de santé, au logement décent, au transport des personnes sans évoquer ceux d’autres agents économiques notamment les entreprises. Le caractère onéreux de ces nouveaux besoins fait que l’Etat ne peut plus faire face à la demande intérieure dans sa version 2.0 et encore moins faire appel à l’extérieur comme il l’a fait lorsqu’il s’agissait de déléguer  la gestion  de la distribution d’eau, d’électricité, d’assainissement, de collecte d’ordures…

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc