Culture

Festival du film de Marrakech : Isabelle Huppert, temps fort sur le tapis rouge

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:4912 Le 06/12/2016 | Partager
L’actrice française à l’affiche de 2 films hors compétition
Hommage à 2 réalisateurs japonais et néerlandais
Le nouveau Disney au programme du festival, une première
fifm_isabelle_huppert_012.jpg

Instant VIP  avec la présence sur le red carpet de l’actrice française Isabelle Huppert, venue assister à la projection hors-compétition du film «Souvenir» du réalisateur belge Bavo Defurne (Ph. Bziouat)

Un premier week-end à Marrakech sous le signe du cinéma. Quelques temps forts ont ponctué ces premiers jours de festival, qui s’apprête à consacrer le 7e art russe. Une cinématographie partagée entre les films grand public qui peinent à sortir des frontières et les films d’auteur plus connus des festivals étrangers. Avant de recevoir mercredi cette délégation venue de Russie, le FIFM a rendu hommage au réalisateur japonais Shinya Tsukamoto et au néerlandais Paul Verhoeven. Si le premier, peu connu du grand public, est à la fois réalisateur, scénariste, producteur et acteur de ses propres films, explorant l’univers cyberpunk, un genre de la science-fiction, Verhoeven aligne quant à lui des succès comme «Robocop», «Total Recall» ou «Basic Instinct». Deux artistes aussi sulfureux qu’ambitieux. Sur le red carpet, les festivaliers ont pu voir l’actrice française Isabelle Huppert, venue assister, aux côtés du réalisateur belge Bavo Defurne, à la projection hors-compétition de leur film «Souvenir». L’instant VIP. Elle est également à l’affiche de «Elle», le 15e long métrage de Verhoeven, présenté en compétition officielle au Festival de Cannes 2016. Dans la même catégorie, le dernier Disney «Vaiana, la légende du bout du monde» est le premier film d’animation pour enfants projeté en 16 ans d’événement. C’est aussi le premier film de la société de production cinématographique américaine à sortir dans les salles marocaines doublé en arabe. Le FIFM est chaque année marqué par l’écrasante présence du grand public marocain sur la place Jemma El Fna. Un bain de foule tout particulier pour l’acteur Jason Clarke, juré de cette 16e, présent le soir de la projection de son film «Everest». Une aventure cinématographique riche en images et en émotions tirée de l’histoire vraie d’une tragique expédition du sommet de la chaîne de l’Himalaya.
En ce début de festival, le jury, présidé par Béla Tarr, a pu voir ses premiers films parmi les 14, dont 7 premiers et seconds films, représentant 19 pays, sélectionnés pour cette course à l’Étoile d’or, le grand prix du FIFM. Trouver l’équilibre entre les sensations de chaque juré venu du Maroc, d’Italie, de France, de Hongrie ou d’Australie, est la mission. «Une façon de s’instruire et d’apprendre sur la vie», confie le réalisateur danois Bille August, membre du jury.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc