Régions

Fès-Meknès : L’urbanisation du monde rural passe sous contrôle

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:4912 Le 06/12/2016 | Partager
Elus, architectes et ministère dessinent les futurs centres urbains
Un cadre de référence pour le soutien technique et architectural acté
fes_meknes.jpg

Mohand Laenser et Driss Merroun ont donné naissance à un premier accord visant à éviter les constructions dans les zones à risques et non sécurisées contre les séismes, les inondations, etc. Le président de la région Fès-Meknès et le ministre de l’Urbanisme consacrent à ce chantier 12 millions de DH (Ph YSA)

L’une des dernières conventions actées par Driss Merroun, ministre sortant de l’Urbanisme, a été signée le 2 décembre à Fès. Contracté par Mohand Laenser, président (MP) du conseil régional Fès-Meknès, l’accord dote la Région d’un cadre de référence pour l’opération de soutien technique et architectural dans le monde rural. Il vise à structurer l’urbanisation et mieux préparer les futurs centres urbains.
La convention a été d’abord paraphée par le président de la région et le ministre de l’Urbanisme en attendant sa validation par les conseils régionaux de l’Ordre national des ingénieurs géomètres topographes du centre-nord et de Meknès-Tafilalet. L’ambition de ces différents partenaires est de maîtriser le développement urbanistique et architectural dans les zones rurales. Ceci, tout en préservant le cachet architectural local et respectant les normes de sécurité et de qualité en plus de l’imposition du respect des orientations urbanistiques et architecturales lors des remises des autorisations par les agences urbaines.
«Notre ministère ne peut pas signer ces conventions avec les 1.504 collectivités territoriales. Nous nous engageons avec le Conseil régional qui devrait aviser et orienter toutes les communes et les inciter à respecter l’accord», explique Merroun. «Notre convention avec la région Fès-Meknès est la première du genre, parce que l’initiative est venue du président de cette circonscription. Et bientôt, nous signons la même convention avec la région du Souss», explique-t-il.   Concrètement, cet accord prévoit la mobilisation de 12 millions de DH (répartis à parts égales entre le ministère et la Région) et s’étale sur trois ans (2016-2018). Il a pour objectif d’éviter les constructions dans les zones à risques et non sécurisées contre les séismes, les inondations et les éboulements et notamment aux bords des routes nationales, des voies ferrées, ou des oueds. L’on se rappelle à cet égard les inondations tragiques qui avaient frappé, il y a quelques années, la province de Khénifra causant l’effondrement de plusieurs habitations construites sur le bord d’oued Oum Er-bia.   
Aujourd’hui, les décideurs veulent se prémunir contre ces malheurs en amont. De fait, les différents signataires de Fès-Meknès s’engagent à soutenir la coopération qui s’impose en matière de soutien technique et architectural dans le monde rural. Ceci, à travers l’encadrement aussi bien technique qu’architectural des familles démunies. Lesquelles devront bénéficier des services des architectes et des ingénieurs béton en plus des documents techniques et urbanistiques nécessaires, outre le suivi des travaux de construction. «Le but est de contrecarrer les dysfonctionnements qu’a connus l’expérience précédente dont particulièrement le manque des ressources allouées au programme, le manque des conventions conclues et les difficultés de délimitation des catégories cibles ainsi que la variation des priorités d’une région à une autre», estime le ministre. Son département a procédé au lancement de la 2e vision du programme d’assistance urbaine et génie technique en monde rural à la lumière d’un ensemble d’orientations dont la conclusion de partenariat avec les collectivités locales afin d’améliorer les moyens disponibles, de renforcer l’efficacité des projets proposés et la sensibilisation de la population cible. A noter que ce programme vise principalement l’élargissement de l’offre présentée pour englober les plans urbains gratuits, les plans topographiques et ceux liés au béton armé, les plans de mise à niveau des douars et la réalisation des plans d’équipement progressif et des documents d’urbanisme, outre l’extension de la base des bénéficiaires pour englober la population des espaces ruraux sous équipés en documents d’urbanisme. En ce sens, les agences urbaines de Fès, Taza et Meknès devront établir les schémas directeurs, les plans d’aménagement et les documents d’urbanisme. Et ce dans les plus brefs délais. «Nous avons érigé en priorité la nouvelle vision urbanistique du monde rural», conclut Laenser.

Respect des normes

Pour Mohand Laenser, doyen des présidents des conseils régionaux et également ancien ministre de l’Urbanisme, «la maîtrise du développement urbanistique et architectural dans les zones rurales nécessite aussi le respect des normes de sécurité et de qualité en plus de l’imposition du respect des orientations urbanistiques et architecturales». Il s’agit là d’un cadre de référence pour soutenir la coopération qui s’impose en matière de soutien technique et architectural dans le monde rural à travers l’encadrement des familles démunies. Lesquelles devront bénéficier des services des architectes et des ingénieurs béton en plus des documents techniques et urbanistiques nécessaires en plus du suivi des travaux.

De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI

L'Economiste vous conseille

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc