Culture

Quand l’Uzine sublime le quartier Aïn Sebâa

Par Aïda BOUAZZA | Edition N°:4905 Le 25/11/2016 | Partager
L’évènement culturel est initié par la Fondation Touria et Abdelaziz Tazi
3 semaines de créations artistiques animeront cet espace
ain_sbaa_005.jpg

L’ouverture de «Aïn Sebâa K-Ybd3» aura lieu le 26 novembre à l’Uzine à partir de 17h avec le vernissage de trois expositions. De nombreuses activités culturelles autour du quartier avec des artistes de renom et des figures emblématiques du lieu se tiendront jusqu’au 18 décembre (Source: L’Uzine)

Regarder et réfléchir autrement le quartier Aïn Sebâa en allant au-delà de son image de zone industrielle, c’est ce que propose l’Uzine au public du 26 novembre au 18 décembre. En effet, avant de se muer en noyau de l’industrie marocaine, ce quartier, situé du côté Est de Casablanca, était autrefois habité par des Marocains, mais aussi des Allemands, des Italiens, des Espagnols, lui conférant une allure européenne. Mettre en lumière ce «Aïn Sebâa» d’antan, qui a graduellement vu la naissance d’espaces verts, de marchés, d’un parc zoologique, de clubs de sports qui ont représenté un tremplin pour de grands sportifs… est l’objectif de l’Uzine à travers cet évènement artistique et culturel.
La genèse de ce projet remonte à janvier 2016, lorsque la Fondation Touria et Abdelaziz Tazi a invité artistes, créateurs, iconographes et chercheurs à porter un regard sur le quartier et à mener des ateliers en lien avec l’histoire, le vécu, l’architecture et les habitants de celui-ci. C’est le résultat de ces recherches, réflexions et ateliers qui seront montrés durant «Aïn Sebâa K-Ybd3». Et pour sublimer les lieux, les différents intervenants ont renouvelé leurs regards à travers des expositions, des projections, des rencontres, de la bande dessinée, du graffiti, de la photographie…

Pour rendre hommage au quartier, l’Uzine invite notamment le visiteur à découvrir un trio d’expositions. «T’swer Aïn Sebâa» est la restitution d’un atelier photo conduit sur trois mois par l’artiste Brahim Benkirane avec huit photographes dont les travaux révèlent un lieu poétique et mystérieux. Par ailleurs, «Patrimoine industriel: la vitrine d’Aïn Sebâa», a été conçu comme un workshop par un groupe d’activistes culturels. Habitants du quartier, étudiants, architectes et artistes, ont mené à bien ce projet de collecte d’objets et de documents s’inscrivant dans la lignée des précédentes interventions de l’atelier de l’Observatoire, autour de l’ancien aquarium de Casablanca, de l’école Ibnou Abbad et du parc Yasmina. Enfin, une exposition documentaire vient compléter les deux premières en «tentant de reconstituer le puzzle de l’histoire du quartier, du début du XXe siècle jusqu’à l’indépendance», note l’organisation. Le fruit de l’investigation menée durant plusieurs mois par Khadija El Alaoui, documentaliste et iconographe, permet de retrouver des lieux symboliques comme le cinéma Beaulieu, le Marché vert, Guinguette fleurie, l’Hôtel Atlantic…
«Aïn Sebâa K-Ybd3» revient sur l’histoire du quartier également à travers des projections, des pièces de théâtre, des conférences, de la danse, du cirque… sans oublier la publication d’un hors-série de la bande dessinée Skef-Skef.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc