Régions

Oujda renforce son périmètre vert

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:4892 Le 07/11/2016 | Partager
285 millions DH dédiés à la composante écologique
Transformer les bordures des oueds en espaces de détente
oujda_perimetre_vert_092.jpg

Transformées, les rives de l'Oued Isly offrent maintenant un espace de détente aux riverains. Des pistes cyclables, des terrains gazonnés et bientôt des équipements socioculturels et sportifs sur une vingtaine d'hectares  (Ph. A.K)

Une composante verte est en phase de réalisation pour convertir des points noirs de la ville d’Oujda en espaces agréables de vie. L’objectif est de transformer les bordures de l'Oued Isly et Ennachef qui traversent la ville du sud au nord (12 kilomètres) en lieux prisés de détente. Assurer en parallèle aux riverains de nouveaux espaces de jeu pour enfants (8 au total), des équipements socioculturels et sportifs, une vingtaine d’hectares gazonnés avec pistes de promenades et plantation de 2.600 arbres. Les systèmes d’arrosage et d’éclairage seront assurés à base d’énergie solaire. Ce nouveau dispositif écologique mobilise 285 millions DH. La première tranche, en phase d’exécution, cible la réhabilitation des berges sur 3,5 kilomètres avec création de 1300 m2 d’espaces verts. Les travaux connaissent un taux d’avancement de 45%. Ils consistent à placer des géotextiles et géocellules pour assurer l’harmonie esthétique des bordures de ces deux rivières. «Les géotextiles sont efficaces dans le renforcement des couches granulaires de faible portance alors que les géocellules facilitent le drainage vertical et horizontal de l’eau grâce au granulé de remplissage et à la porosité des parois du géotextile» explique Boubker El Haoudi, directeur de l’Agence du bassin hydraulique de la Moulouya et chargé de la coordination du projet. Ces mailles techniques étalées sur 14,5 mètres de hauteur renforcent le bétonnage de la partie inférieure des lits des oueds et assurent une protection naturelle (en gazon) de la partie supérieure pour servir de décoratifs naturels.
«Toutes les actions entreprises pour réhabiliter le tissu urbain de la ville, répondent aux exigences du développement durable et l’engagement du Maroc à faire de la composante écologique une pierre angulaire favorisant l'équilibre des attentes environnementales, urbanistiques et sociales. C’est aussi pour renforcer la gestion durable des risques naturels (l’eau des pluies et crues des inondations) tout en encourageant le recours aux technologies d’énergies propres», a expliqué Mohamed M’hidia, gouverneur de la préfecture d’Oujda et wali de l’Oriental, lors d’une visite de chantier effectuée lundi dernier. Cette nouvelle approche de gestion intégrée des espaces verts et de lutte contre les nuisances consolide les politiques de mise à niveau des quartiers sous équipés et anéantit la multiplication des espaces transformés en dépotoirs à ciel ouvert.
De notre correspondant,  Ali KHARROUBI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    courrier@leconomiste.com
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc