Entreprises

Comment Serp recycle les déchets BTP

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:4887 Le 31/10/2016 | Partager
10.000 tonnes traitées en 2015
Prévision de croissance de 30 à 40% du CA pour 2016-2017
serp_btp_087.jpg

Serp se positionne sur un créneau vierge et qui recèle de multiples opportunités. L’entreprise apporte une réelle valeur ajoutée dans le recyclage et la valorisation des déchets des chantiers du bâtiment et travaux publics (Ph. Serp)

Le secteur marocain du BTP produit environ 7 millions de tonnes de déchets  par an! Souvent enfouis ou incinérés, ces déchets ne sont que très peu valorisés. Depuis quelques années, plusieurs industriels se positionnent sur le créneau prometteur du recyclage. Serp en fait partie. L’entreprise opère depuis plus de 10 ans déjà sur le marché local. Elle emploie une centaine de personnes sur ses multiples chantiers. L’entreprise est spécialisée dans le recyclage, la valorisation et le transport des déchets de chantiers immobiliers et toute prestation liée à la protection de l’environnement. Son chiffre d’affaires tourne autour de 10 millions de DH, dont près de 40% provenant des matières recyclées. Pour les exercices 2016 et 2017, les dirigeants de l’entreprise tablent sur une croissance de 30 à 40% du volume du business. Avec un taux de valorisation matière d’environ 30%, l’industriel trie les déchets in situ afin de séparer les matières dangereuses des matières inertes comme les pierres, le béton, les briques, les tuiles, le parpaing, le verre ou encore les céramiques, qu’il broie et recycle en remblai. Leur point de chute est le secteur des travaux routiers dans la majorité des cas. Une fois collectés, concassés ou valorisés à la chaux (pour les déblais d’excavation), les déchets inertes sont utilisés pour élaborer de nouveaux remblais de tranchées ou diverses sous-couches routières, à savoir des couches de forme et des assises de chaussée (ces deux strates soutiennent la partie supérieure d’un terrassement). «Les déchets industriels banals (emballages, bois, plastiques, métaux, quincaillerie, serrurerie, isolants, plâtre) sont acheminés à la décharge contrôlée d’Oum Azza à Salé ainsi que la décharge intercommunale contrôlée d’Oujda Angad... Quant aux déchets dangereux (peintures en solvant, bois traités avec des oxydes de métaux lourds, hydrocarbures), nous n’en traitons pas. Ils sont juste envoyés en four de cimenteries pour incinération» précise Touria Sbiri, directrice générale et fondatrice de Serp recyclage.
Déployées sur toutes les villes du Maroc, les équipes de Serp ont traité en 2015 10.000 tonnes de déchets de chantiers. Afin d’améliorer son taux de collecte, de valorisation et de traitement, l’industriel prévoit de construire à court terme (2016-2017) une unité de traitement, de tri et de valorisation des déchets. Mais encore faut-il susciter l’intérêt auprès des banques, bailleurs de fonds et établissements de crédit à l’accompagner dans ce projet. Des subventions, les acteurs du secteur en demandent aussi. «Tout soutien de l’Etat, qu’il soit sous forme de subvention ou toute autre forme d’incitation fiscale, est évidemment le bienvenu. Cela ne fera que renforcer nos capacités opérationnelles», explique le management.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc