Société

3.000 km à bord d’un tricycle solaire

Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:4875 Le 13/10/2016 | Partager
Fervent défenseur écolo, un sexagénaire français rallie la France au Maroc
Il est membre du groupe «The Sun Trip» qui soutient l’énergie solaire à travers des roads trip
Il «atterrit» à Ouarzazate pour participer au Morocco Solar Festival du 14 au 16 octobre
tricycle_solaire_075.jpg

«Il s’agit d’un projet personnel. J’ai eu l’idée de faire ce voyage pour rallier Paris où a eu lieu la COP21 et Marrakech qui abritera la COP22. C’est un voyage à la vitesse de l’Homme, et qui promeut l’énergie solaire en tant qu’énergie propre», assure Paul Bermajo, qui vient d’effectuer 3.000 km à bord de son tricycle solaire. «Scorpion solaire», ce vélo à assistance technique, fonctionne à la force du pédalage et dispose de batteries qui se chargent grâce à des panneaux photovoltaïques
(Source Paul Bermajo)

 

Plus que quelques centaines de kilomètres pour arriver à destination: le Morocco Solar Festival célébré à Ouarzazate du 14 au 16 octobre. Et c’est sur son vélo solaire que Paul Bermajo, membre du groupe «The Sun Trip», compte boucler ce challenge unique en son genre. Paul Bermajo, un passionné du sport et fervent défenseur de l’écologie et du développement durable, a relevé le défi de relier Paris à Marrakech sur un tricycle à énergie solaire. Baptisé «Scorpion solaire», ce vélo à assistance technique, fonctionne à la force du pédalage et dispose de batteries qui se chargent grâce à des panneaux photovoltaïques. Une curiosité qui ne passe pas inaperçue sur la route, puisque depuis son départ, l’engin est tout le temps pris en photos par les passants.
Les curieux s’arrêtent même pour prendre des selfies avec le conducteur. Pour ce sexagénaire français, parti le 3 septembre de Paris, ce voyage a été décidé cette année alors qu’aucun projet collectif n’a été programmé par le groupe «The Sun Trip». En effet, en 2015, ce groupe qui soutient l’énergie solaire à travers des roads trip collectifs un peu partout en Europe, avait organisé un parcours de 7000 km. Le parcours libre a mené une trentaine de ces aventuriers à traverser 8 pays entre la France et la Turquie, sur des tricycles sans recharge électrique

tricycle_solaire_1_075.jpg

autre que les panneaux photovoltaïques. «Il s’agit d’un projet personnel. J’ai eu l’idée de faire ce voyage pour rallier Paris où a eu lieu la COP21 et Marrakech qui abritera la COP22. C’est un voyage à la vitesse de l’Homme, et qui promeut l’énergie solaire en tant qu’énergie propre» assure Paul Bermajo.
Ainsi, le cycliste a parcouru la France et l’Espagne en suivant la côte méditerranéenne jusqu’au Maroc où il a fait la côte atlantique jusqu’à son arrivée à Agadir. Environ trois mille kilomètres est la distance qui sera parcourue par Bermajo pour conclure son aventure. Avec une vitesse moyenne de 25 km/h, le Français arrive à faire 100 à 150 km de distance par jour. Cette distance varie suivant l’ensoleillement, le vent et la nature du terrain à parcourir. La plus grande distance parcourue en une journée est celle réalisée entre Agadir et Taliouine le 11 octobre avec 190 km. Après cette étape, le cycliste a relié Taliouine à Taznakht pour ensuite enchaîner vers Ouarzazate et participer au Morocco Solar Festival. «Le stand Sun Trip attire chaque année depuis la première édition, beaucoup de curieux. Ecoliers, étudiants ingénieurs et visiteurs s’enquièrent de ce tricycle et veulent comprendre comment ça marche», ajoute Bermajo.
 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc