Législatives 2016

500.000 DH: Le budget que doit dépenser chaque candidat

Par Jaouad MDIDECH | Edition N°:4870 Le 06/10/2016 | Partager
C’était 350.000 DH en 2011
Le candidat est obligé de déposer un inventaire auprès de la Cour des comptes

Comme à la veille de chaque consultation électorale de l’ampleur des élections législatives, les pouvoirs publics mettent la main à la poche pour subventionner les campagnes électorales des partis politiques.  Pour le scrutin du 7 octobre, l’Etat a versé aux partis la somme de 200 millions de dirhams, la même que celle versée en 2007.

Cette subvention de l’Etat, pour rappel, n’a pas dépassé les 150 millions de DH lors des élections législatives de 2002. En tout cas, le montant versé aux partis politiques lors du scrutin communal et régional de septembre 2015 était supérieur, soit 300 millions de DH, dont la moitié était allée aux communales, 100 millions de dirhams pour les régionales et 50 millions pour les élections des membres de la Chambre des conseillers. La somme était supérieure vu le nombre des candidats qui se présentent aux communales et régionales, largement supérieur aux législatives. En tout état de cause, chaque parti politique a droit, dans ces élections, à une somme forfaitaire de 750.000 DH. Mais cette somme est divisée en 2 tranches, la première dépend du nombre des voix obtenues par le parti, et la seconde du nombre des sièges obtenus à la première Chambre, quitte à ce que chaque parti réclame une avance de 30% pour financer sa campagne.
Cela dit, quelle que soit la somme versée à un parti politique, le candidat ne doit pas dépenser dans sa campagne électorale plus de 500.000 DH (350.000 DH lors des dernières élections.) Et à la fin de la campagne électorale, le candidat est obligé de par la loi de déposer un inventaire de ses dépenses, avec pièces justificatives, à la Cour des comptes. Une obligation pas toujours respectée cependant. En 2011, cette dernière avait constaté que plus de 2.000 candidats n’avaient pas respecté cette clause, que certaines dépenses pour ceux qui en ont présenté n’étaient pas justifiées. Dans un rapport publié en 2013, la Cour a en effet constaté que, sur un total de 7.102 candidats, à peine 2.328 ont déposé leur déclaration à la Cour, soit un taux de dépôt de 32,78%. Le montant global des dépenses déclarées a atteint, lui, 202,59 millions de DH, dont 105,39 millions de DH considérés comme justifiés, soit un taux de justification de 52% du montant global des dépenses déclarées. La Cour constatera-t-elle les mêmes dysfonctionnements après le scrutin du 7 octobre? C’est trop tôt pour le dire. Toujours est-il, les subventions de l’Etat  sont jugées  nécessaires pour couvrir nombre de frais engagés par les candidats, pour l’impression des flyers et autres supports, la communication dans les médias et l’organisation des meetings.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc