Habillage_leco
Régions

Législatives à Fès
L'étrange affaire des «bons» du PJD

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:4865 Le 28/09/2016 | Partager
Des fournitures scolaires distribuées par l'arrondissement de Saiss
Le candidat PAM dénonce et dépose un recours, le parti de la lampe se justifie
legislatives_pjd_065.jpg

La guerre ouverte entre le transhumant Mohamed Radi Slaouni (à droite), candidat PAM aux législatives à Fès-Sud, et son ancien «frère» au PJD, Driss El Azami El Idrissi, maire de Fès, promet des rebondissements. Hier, le premier a déposé un recours à l’encontre du deuxième pour usage des moyens de la commune pour des fins électoralistes (Ph. YSA)

Des «bons pour…» fournitures scolaires octroyés aux familles défavorisées à la veille de la campagne électorale créent la polémique à Fès. Distribuées par l’arrondissement de Saiss, présidé par le député PJD Said Benhmida, ces «aides» sont dénoncées par l’opposition. Particulièrement le PAM, dont le candidat pour les législatives de 2016, à Fès-Sud, n’est autre que Mohamed Radi Slaouni, ancien président PJD de l’arrondissement de Saiss. Ce dernier a déposé, hier 27 septembre, un recours à l’encontre de son rival, Driss El Azami El Idrissi, maire de la ville et candidat PJD à la même circonscription.
En effet, tout a commencé lorsque des candidats en compétition pour les 4 sièges à pourvoir ont pris connaissance des fameux «reçus» distribués par l’arrondissement de Saiss. Signés par Fatiha Ezzahir, chef du service culturel et social, ces «bons» d’une valeur de 1.000 DH ont suscité une vive colère auprès des détracteurs du PJD.
Ces derniers qualifient cette opération de «dérapage flagrant». Contacté par L’Economiste, Driss El Azami El Idrissi affirme que «la mairie procède annuellement à la distribution de fournitures scolaires». Pour plus de précisions, il nous oriente vers le président de l’arrondissement de Saiss. Lequel a préféré, au début, répondre par texto: «Je suis occupé. Rappelez-moi plus tard». Une heure plus tard, il répond d'une voix légère, et annonce: «Ces bons de commande figurent dans une rubrique sociale du budget de notre arrondissement. Nous les avons programmés le 23 août. Ils ont été notifiés et livrés le 21 septembre… c’est tout». Et de rebondir: «Nous ne sommes plus concernés par ces bons. Leurs détenteurs partent chercher leurs fournitures auprès du libraire qui a remporté le marché». Evasif sur leur nombre, le président de l’arrondissement de Saiss, également maire-adjoint de Fès, parle «d’environ 300 familles démunies», avant de rappeler pour préciser finalement que «les bénéficiaires sont au nombre de 630 et que son arrondissement a arrêté la distribution de ces bons le 23 septembre». C’est-à-dire à la veille du démarrage de la campagne électorale.
Scandalisés par cette histoire, les candidats des autres partis affirment que «les largesses du PJD en période électorale constituent une tentative illégale de détournement de voix qui devrait être sanctionnée par la justice». Et d’ajouter: «Si cette opération est légale, pourquoi les bons de fournitures scolaires sont-ils distribués par les soins des conseillers PJD dans une parfaite discrétion?», s’interroge un élu de l’opposition. «Si cet acte s’inscrit dans le cadre de l’opération un million de cartables, celle-ci n’est-elle pas supposée être gérée par les autorités en partenariat avec l’académie régionale de l’éducation nationale et non pas par les élus, surtout pas durant la campagne aux législatives». En tout cas, une enquête est ouverte pour déterminer les tenants et les aboutissants de cette affaire. En attendant, Said Benhmida annonce que les familles qui n’ont pas eu de «bons» les recevront après le 7 octobre.

De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc