Archives

Articles de L'Edition N° 5210 Du Jeudi 15 février 2018

A La une

OCDE: Il faut revoir la fiscalité énergétique

Dans son étude «Taxing Energy Use 2018», l’équipe de l’OCDE évoque «un constat quelque peu troublant». Si l’on excepte les hausses des taxes sur les carburants appliquées par certaines grandes économies à revenu faible ou moyen et quelques progrès en faveur d’une convergence de la fiscalité sur le gazole et l’essence, «aucun changement déterminant n’est intervenu, entre 2012 et 2015, dans la structure des taxes appliquées à la consommation d’énergie»... Lire la suite

Titrisation: Un fonds souverain Sukuk pour bientôt

Le projet de loi relatif à la titrisation des actifs a été adopté dernièrement en plénière par la Chambre des représentants. Le texte a été transféré à la Chambre des conseillers pour qu’il soit rapidement examiné par la Commission des finances. En fait, il s’agit d’un amendement de la loi qui porte principalement sur le volet relatif aux certificats des Sukuk... Lire la suite

Béton préfabriqué: Les opérateurs ne lâchent pas prise

Les temps sont durs pour l’industrie du béton, à l’image du secteur des matériaux de construction. En janvier dernier, les ventes du béton préfabriqué ont fléchi de 11,7% par rapport au même mois de 2017. La consommation de ce matériau a atteint 95.878 contre 108.587 tonnes, un an auparavant... Lire la suite

Capital investissement L’épargne locale peine à monter en régime

Le compteur du capital investissement à fin 2016 affiche un total de 17 milliards de DH. Un montant qui inclut les fonds d’infrastructures. «Les sorties réalisées, à 70% sur le marché boursier et les acquisitions stratégiques, ont permis de valider le modèle de Private Equity marocain en tant qu’outil de financement qui a sa place», explique Hassan Laaziri, président de l’Association marocaine des investisseurs en capital (AMIC) lors de la conférence annuelle, organisée hier mercredi 14 février... Lire la suite

Assurance maladie: «L’article 114» ressurgit

Des parlementaires du PJD viennent de déposer une proposition de loi pour amender l’article 114 du code de l’assurance maladie. Celle-ci donnerait un délai de 2 ans aux entreprises couvertes par les assurances et «mutuelles» privées pour intégrer le régime de l’AMO. Près de 3.500 entreprises, c’est-à-dire le noyau des affiliés les plus solvables. Reste à savoir si cette fois-ci sera la bonne car le délai transitoire initial de 5 ans, prévu dans l’article 114 du code de l’assurance maladie, n’a jamais été mis en œuvre. Lire la suite

Editorial

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc